FR
02/12/2019

Tout est bien qui finit bien – la longue histoire du CBD

Tout est bien qui finit bien – la longue histoire du CBD

Le cannabidiol (CBD) est aujourd’hui légal et accepté aux Etats-Unis ainsi que dans d’autres pays. Mais cela n’a pas toujours été le cas: ci-après, une rétrospective de l’histoire mouvementée du chanvre et du CBD, l’un de ses principes actifs.

Selon la légende, l’empereur chinois Shen Yeng aurait déjà consommé du thé au cannabis à des fins thérapeutiques vers 3000 avant Jésus-Christ. L’on sait aussi que le médecin personnel de la reine Victoria du Royaume-Uni lui prescrivait des teintures de cannabis contre les règles douloureuses.
Et n’oublions pas non plus que la culture du chanvre industriel était répandue depuis des siècles et, en Angleterre par exemple, était même imposée par l’Etat.

A partir du XXe siècle, tout ce qui avait trait à cette plante a été fortement marqué par la prohibition, notamment aux Etats-Unis. En parallèle, le monde de la recherche a commencé à s’intéresser à cette plante millénaire. L’on trouve ainsi une description scientifique des effets du chanvre, datant de 1839, rédigée par le médecin irlandais William B. O’Shaughnessy. Près de cent ans plus tard, l’Université de l’Illinois parvient pour la première fois à isoler le principe actif de la plante, le cannabidiol (CBD). Dans les années 1970, l’on démontre pour la première fois une utilité médicale du CBD contre l’épilepsie.

Toutefois, la grande découverte par rapport à ce principe actif polyvalent se fait encore attendre. En cause, la stigmatisation due à son illégalité, qui colle encore à la plante de cannabis. La loi réglementant la recherche thérapeutique sur les substances contrôlées avec laquelle l’Etat du Nouveau-Mexique, aux Etats-Unis, autorise en 1978 l’utilisation du cannabis à des fins médicales sous certaines conditions est l’une des premières étapes franchies vers la légalisation. Les découvertes scientifiques autour des vertus médicales des cannabinoïdes conduiront en fin de compte à une libéralisation accrue. En 1996, la Californie est le premier Etat des Etats-Unis à légaliser le cannabis médical (Proposition 215), et d’autres suivront dont l’Oregon, le Maine et le Colorado.

L’accès facilité au cannabis et donc au CBD pour les patients permettra d’étendre les activités de recherche aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde. Le fait que la molécule de CBD tombe encore à l’époque sous la même législation que le THC, une substance psychoactive, est l’un des problèmes fondamentaux qui rendent une normalisation totale impossible. Ceci change au XXIe siècle au vu du succès rencontré par les traitements à base de CBD contre des maladies graves telles que l’épilepsie.

Depuis l’entrée en vigueur du Farm Bill en 2018, l’extraction du CBD à partir du chanvre est totalement légale aux Etats-Unis, et l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux, la FDA, a également autorisé son utilisation dans les médicaments. Divers pays européens connaissent une évolution similaire. Ce nouveau départ a permis un essor de la vente de produits à base de CBD: des analystes du Brightfield Group ont estimé il y a peu que le marché états-unien du cannabidiol atteindra 22 milliards de dollars en 2022.

Partager